Luxembourg, le petit poucet devenu roi d’Europe…

Lorsque l’on pense à un titre européen, le Luxembourg n’est évidemment pas la première nation à laquelle on pense. Mais grâce au Bâton de Netto, où tout se joue sur un match, la surprise reste toujours possible. Et le Luxembourg a bien réussi cet exploit, le temps de deux matches à la fin de l’été 2017.

La belle fin d’été 2017

Placés dans le groupe A de qualification pour la Coupe du monde 2018, les Luxembourgeois accueillent le 31 août 2017 la Biélorussie. Ces derniers ont conquis le Bâton en battant les Bulgares au mois de juin et semblent mieux armés que leurs adversaires pour le conserver. Mais, grâce à un but de Daniel Da Mota à dix minutes de la fin de la rencontre, les joueurs du Grand-Duché s’imposent et conquièrent pour la première fois de leur histoire le Bâton.

Mondial 2018] Le Luxembourg assure face au Belarus (1-0) | Le ...
31 août 2017 – Les Luxembourgeois, vainqueurs de la Biélorussie et nouveaux détenteurs du Bâton de Netto

Et les heureux nouveaux détenteurs du trophée n’en restent pas là. Trois jours plus tard, le Luxembourg va défier la France qui vient de s’imposer 4-0 face aux Pays-Bas. L’issue de la rencontre ne fait aucun doute pour la majeur partie des observateurs qui se demandent juste quelle sera l’ampleur du score. En dépit d’une forte domination des Bleus (avec notamment 21 tirs tentés en première période), le petit poucet tient bon et aurait même pu l’emporter. A la 78e minute, Gerson Rodrigues part en contre et place son ballon sur le poteau. Le match se termine sur un score nul et vierge et le Luxembourg conserve son trophée.

La suite est plus compliquée. Un mois plus tard, le Luxembourg se rend en Suède où il n’y a pas de match. Après avoir concédé l’ouverture du score à la 10e minute sur penalty et limité les dégâts en première mi-temps (3-0 pour la Suède), l’équipe du Grand-Duché craque totalement en seconde période et repart avec une large défaite (8-0).

Une nation peu habituée à cette compétition

Si ce sont plutôt les gros pays qui se partagent les conquêtes du Bâton, sa forme permet à tous d’y participer, à condition, bien entendu, de croiser la route du tenant du titre. Cela n’est pas arrivé souvent aux Luxembourgeois. Ils ont dû attendre 1984 pour que cela arrive une première fois. C’était le 13 octobre, à l’occasion de la réception de l’équipe de France, tout juste couronnée championne d’Europe. Les Bleus, ce jour-là, n’ont laissé aucune chance à leur voisin (0-4). Quatre ans plus tard, c’est face à l’Italie que les Luxembourgeois ont tenté leur chance, sans plus de succès (0-3). La troisième tentative aurait pu être la bonne. Lors d’un court déplacement à Bruxelles, les joueurs du Grand-Duché ont ramené un nul inattendu (1-1) de Belgique, qui a dû faire leur bonheur, sans pour autant leur permettre de remporter le titre.

Ce n’est qu’à la fin de l’été 2017 que les Luxembourgeois ont croisé à nouveau la route du Bâton, avec le succès que l’on a vu.

Pas si mauvais que ça…

Le Luxembourg, contrairement à ce que l’on peut penser n’est pas une équipe si perméable que cela. Ses deux défaites les plus larges ont eu lieu face à l’Allemagne en 1936 et l’Angleterre en 1960 (0-9). Il n’est donc jamais arrivé à cette petite nation d’encaisser 10 buts ou plus au cours d’un même match. Ce qui n’est pas le cas du Portugal (défaite 0-10 contre l’Angleterre en 1947), des Pays (défaite 2-12 contre l’Angleterre en 1907), ni de la Belgique (défaite 2-11 contre l’Angleterre en 1909) ou encore moins de la France, spécialiste du genre avec pas moins de 6 défaites avec 10 buts encaissés ou plus.

Les Luxembourgeois comptent à leur actif 36 victoires en 403 matches (soit presque 9% de succès). La première a été acquise dès leur troisième rencontre internationale face à la France (5-4 en 1914) et la plus large a été acquise face à l’Afghanistan en 1948 (6-0). Mais les Luxembourgeois ont aussi battu les Allemands (26 mars 1939, 2-1) ou les Pays-Bas (à deux reprises le 31 mars 1940 5-4 et le 30 octobre 1963 2-1).

Le grand exploit du football luxembourgeois a eu lieu au début des années 1960. Exemptés de premier tour lors du championnat d’Europe 1964, ils retrouvent les Pays-Bas en huitième de finale et en viennent à bout (1-1 à l’extérieur et victoire au retour 2-1). En quart de finale, ce n’est qu’après un match d’appui qu’ils cèdent face au Danois (3-3 et 2-2 , puis 0-1 en match d’appui) et ratent le tour final de l’Euro.

…et en net progrès ces dernières années

Pendant longtemps, le Luxembourg a été un adversaire apprécié des nations européennes en phase qualificative. C’était alors souvent l’occasion de remporter des victoires faciles et de soigner sa différence de buts. Du moins, sur le papier, car la réalité est tout autre.

Il est vrai qu’après le quart de finale du championnat d’Europe 1964, les choses ont été difficiles pour les joueurs luxembourgeois. Entre 1965 et 1993, il ne remportent qu’un seul match en phase qualificative de coupe du monde ou de championnat d’Europe. C’était face à la Turquie (2-0), en éliminatoire du mondial 1974. Le plus mauvais parcours est réalisé lors des qualifications pour l’Euro 1984, avec 8 défaites en autant de matches, mais surtout 36 buts encaissés. Sur les 15 phases qualificatives de cette période, l’équipe du Grand-Duché se contente donc d’une petite victoire, de 6 nuls et 95 défaites.

Mais lors des éliminatoires de l’Euro 96, les Luxembourgeois réalisent leur plus beau parcours en remportant 3 victoires et 1 nul et surtout en ne terminant pas dernier de leur groupe pour la première fois. Si la double victoire contre Malte (1-0 à chaque fois) et le nul face à la Biélorussie (0-0) sont intéressantes, c’est la victoire contre la république Tchèque (1-0), futur  vice-champion d’Europe qui est un exploit !

Etrangement, ce beau parcours n’aura pas de suite immédiate. Les 5 phases qualificatives suivantes se soldent par 46 défaites en 46 matches (avec le Liechtenstein comme adversaire pour l’édition 2006 et les Iles Féroé pour celle de 2002). Par contre, les choses se sont grandement embellies depuis. Au cours des 7 phases qualificatives suivantes, les Luxembourgeois ont toujours remporté une victoire et n’ont terminé dernier que 2 fois. En plus d’obtenir un nul contre la France, ils se sont trouvés un adversaire de prédilection : la Biélorussie. Opposé à la nation est-européenne au cours de 4 phases éliminatoires, le Luxembourg remporte 2 victoires et partage les points à 3 reprises.

La Ligue des Nations, jouée à l’automne 2019, a vu le Luxembourg placé dans la Ligue D. La  Biélorussie, la Moldavie et Saint Marin étaient ses adversaires. Avec 3 victoires, 1 nul et 2 défaites (contre la Biélorussie), les Luxembourgeois ont terminés deuxièmes. Le classement général final les a placé au 44e rang (sur 55). Pour de l’édiction de 2021, le Luxembourg accède à la Ligue C et se trouve dans le groupe du Monténégro, de Chypre et de l’Azerbaïdjan.

Une montée en Ligue B ou une qualification pour une phase finale, même si elle parait difficile à imaginer serait une belle récompense au regard des progrès récents du Luxembourg. En attendant, ils peuvent toujours se consoler en se rappelant qu’ils ont été, le temps de deux matches, les maîtres de l’Europe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :